Chroniques d'un Ultrafondu

28 novembre 2016

Drogué ? Moi ? ...ça se pourrait !

Bonjour à toutes et tous, 

Avant de commencer à développer le fond de ma pensée, une petite précision s'impose concernant ce titre un peu abrupt. L'expérience que je vais vous relater a été totalement involontaire mais riche d'enseignements. Elle n'est d'ailleurs pas finie car les effets en sont encore visibles. Mettre des mots sur ce que je ressens est une manière pour moi de faire une thérapie mais surtout, une alerte que je lance à tous ceux qui peuvent être dans mon cas, et c'est potentiellement la totalité des êtres humains de la planète.

L'histoire :

Aujourd'hui, moins deux mois et deux semaines :

Fini l'infernal Trail des Vosges, la course ne s'est pas super bien passé mais bon, c'est la vie. On s'offre une petite bière, un morceau de chocolat pour se requinquer. On rentre à la maison et on reprend le boulot. Tout rentre dans l'ordre, ou presque. En effet, tous les soir, le petit bout de chocolat et parfois quelques petits gâteaux secs accompagnent la soirée. Ils entrent dans les habitudes petit à petit, insidieusement. Vous noterez que j'utilise beaucoup le mot "petit". Même en racontant l'histoire, je minimise encore les faits. Bref, mon esprit retrouve une vieille drogue et compte me pousser à en consommer plus.
A ce moment, je prépare mon marathon. Je suis donc super actif. Je cours beaucoup, je fais de la muscu et de la cardio à haute dose. J'ai une compétition à réussir. Du coup, mes écarts du soir n'ont pas de conséquences ... en apparence. Je stabilise mon poids, donc je ne m'alarme pas. Ma graisse corporelle se stabilise aussi ... et remonte tout doucement. J'aurais dû voir à ce moment que quelque chose ne tournait pas rond. La tête dans le guidon pour ma course, je ne relève pas.

Aujourd'hui moins environs un mois :

Le marathon s'est très bien passé, je vais bien. Je finis la course dans le temps que je me suis fixé, je n'ai presque pas de courbatures. Le rêve. On passe deux jours à se faire plaisir à table, mais c'est normal pour la récupération. Ça fait du bien au moral, c'est en tout cas les excuses que je trouve. Au retour à la maison, retour aux petites habitudes insidieuses des petites douceurs le soir. Tout est sous contrôle même si je commence à regarder ma courbe de graisse corporelle d'un oeil critique. Je commence à noter une anomalie et une sourde rumeur monte en moi : je n'aime pas ça. Un peu débordé par des soucis au boulot, par une vie moderne trop mouvementée, je ne réagis pourtant pas. 

Aujourd'hui moins deux semaine et demi :

Nous passons chez un chocolatier pour faires nos achats pour Noël et pour les anniversaires des parents. Quel endroit magnifique pour un amateur de chocolat. Le produit de qualité et les méthodes artisanales nous séduisent depuis des années. Nous prenons ce qu'il nous faut puis je repère une des friandises qui a illuminé mon enfance. Ce sont de petites boules remplies d'une mousse toute légère parfumées à plein de parfums tous plus délicieux les uns que les autres enrobées de chocolats de toutes les couleurs avec des éclats d'amandes, de la noix de coco rapée ou des éclats de croquant. Bref, rien que d'en parler, j'en salive d'envie. J'en prend une boîte de 24 en me disant que j'en mangerai un par jour. Compté dans mon programme, cela ne peut faire de mal. Et voilà comment on met en place une dépendance sans même s'en rendre compte. 

Samedi dernier :

Quelle sale journée. Rien ne va au boulot, je suis en conflit avec certaines personnes, j'ai l'impression de perdre pied, de ne plus être aussi compétent, enthousiaste, réactif. Je perd le sourire depuis quelques mois. Je fais moins de sport. Je met cela sur le compte de l'époque de l'année, la météo médiocre et le boulot. Mon moral baisse petit à petit. Lors de mon jour de repos, il est de plus en plus dur de décoller de l'ordinateur ou du canapé. J'ai faim du matin au soir. Je cède en fin de journée. Le vendredi soir, c'est pire. J'ai faim ! Samedi, je rentre du travail avec la rage. Je suis mal, j'ai envie de tout jeter, plus envie de rien. Je finis les quelques bouchées au chocolat qui me restent (6 ou 7 tout de même), prend encore un whisky et rumine dans mon coin. Je finis par m'endormir sur le canapé, mal dans ma peau.

Hypothèses sur ce qui s'est passé (mais avec de fortes présomptions que j'ai raison) :

1) Addiction 1 :

En commençant à prendre un petit bout de chocolat ou un petit sablé tous les soirs, je me suis soumis à la présence de sucre en fin de repas. En fait, je me suis généré un pic d'insuline et un pic de dopamine. Le cerveau en a fait une habitude, donc il réclamait tous les soirs. 
Après le marathon, j'ai intensifié les grignotages car le cerveau me poussait à prendre de plus en plus de sucre. Lorsque j'ai ajouté les bouchées au chocolat bourrées de saccharose, ça a été le pompon. Il n'y en avait jamais assez pour le cerveau et je commençais à ressentir le manque sous la forme d'une envie irrépressible de manger un truc sucré. Ces envies, de plus en plus pressantes, ont fini par saper mon moral et ma motivation à faire du sport. Je suis redevenu accroc au sucre.

2) Addiction 2 :

En diminuant ma quantité de sport, surtout en sport d'endurance, je me suis mis en manque d'endorphines. Combiné à la dépendance à la dopamine, l'effet a été puissant. Du coup, la déprime s'est installée. Lorsque cela arrive, rien ni personne ne peut résister à long terme. On craque tous si on laisse cette situation s'installer.

3) Mécanisme :

En générant de grosses quantités de dopamine et d'insuline, mes besoins en sport ont diminués. Du coup, je me sentais coupable. Cette culpabilité, on peut la réduire en augmentant la dopamine, donc les aliments "doudou". Je n'ai pas besoin d'aller plus loin. Je pense que vous avez compris le cercle vicieux que ça installe.

Une solution possible :

En premier lieu, j'ai décidé de ne plus acheter ni consommer de ces boules au chocolat. Ne plus en avoir à la maison supprimera la tentation. En second lieu, j'ai décidé de réduire toutes les formes de sucre pendant un moment. Je supprime ma banane du matin au petit déjeuner, les abricots secs ou pruneaux d'agen à midi et surtout le chocolat ou le biscuit du soir. Le seul produit sucré que je continue à consommer est ma pomme de midi.
En parallèle, je vais reprendre le sport plus assidûment. Je me suis mis en place un programme qui devrait satisfaire mes besoins en endorphines et noyer le manque de dopamine.
J'espère que ces deux actions combinées donneront une spirale de succès et donc un cercle vertueux qui générera résultats positifs. Je compte bien monitorer tout cela avec précision comme à mon habitude.

Enfin, en guise de conclusion, je souhaite dire à tous ceux qui vivent un moment de déprime, une mauvaise phase dans leur vie : Avant de sombrer dans la dépression, regardez ce que vous mangez. Si vous avez augmenté vos quantités de sucre ou d'alcool, si vous bougez moins, si vous avez plus recours aux aliments doudous, il est probable que vous soyez drogué(e) à votre ainsu. Réagissez en temps et en heure et étrangement, le moral devrait revenir, et ceci indépendamment des problèmes que vous rencontrez. Nous ne pouvons résister à nos hormones, alors autant savoir comment elles fonctionnent et faisons-les travailler pour nous.

 

Merci de m'avoir lu et à bientôt.

Didier 

Posté par RunningChoucrout à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 novembre 2016

Bilan Octobre 2016 : Bilan d'une saison de course bien étrange et bilan corporel

Bonjour à toutes et tous,

Ce bilan est un peu spécial car il est le dernier de ma saison de course à pied 2016. Je vais ici reprendre les quelques moments forts de ma saison avant de parler résultats corporels et programme d'entraînement d'hiver.

Bilan de l'année running :

Les courses :

  • Semi-Marathon de Fribourg en Brisgau : Une coures sympathique avec mon ami Guillaume. C'était sympa malgré la blessure de mon comparse qui l'a fait souffrir. Il est allé au bout et c'est un bon moment. 

    DidiGuigui1

  • Tour de la vallée de la Thur : Ce qui aurait pu être une sortie agréable s'est finalement transformé en cauchemard pour moi. Douleurs énormes aux adducteurs, blocage gastrique et surtout une organisation déplorable de l'événement ont gâché ma journée. J'ai fini à 70km, soit à 26 de l'arrivée. C'est rageant mais on apprend. Pour Danièle, tout s'est bien passé. Elle aurait pu finir, c'est d'autant plus rageant pour moi.

    IMGP0842IMGP0843

  • L'Infernal Trail des Vosges 110km : Ouille. Là je ne suis pas fier. Je suis parti bien entraîné mais surtout confiant. Après un départ rapide (trop), un retour des douleurs à l'aine et surtout un soleil de plomb, je jette l'éponge après 6h et 30km. La honte. En y repensant aujourd'hui, je pense avoir fait le bon choix pour deux raisons : Un, cela m'a permis de donner mes bâtons à Vincent qui m'accompagnait (abandon à 10km de l'arrivée mais c'est un sacré exploit tout de même),deux, j'ai évité de me blesser pour la course suivante. A garder comme leçon pour l'avenir.

    P1010364

  • Enfin, une note positive sur cette fin de saison : Le marathon de Francfort, réussi en 3h59'21". Tout s'est super bien déroulé grâce aux enseignements des dernières course (rythme grâce à l'Infernal, alimentation grâce à la Thur, moral grâce tous mes entraînements longue durée dans le Vercors,etc.). Clairement, cette course a synthétisé toutes les bonnes choses et éliminé les facteurs non contrôlés. Cette course a été celle de la raison, pas celle des émotions. Encore une leçon : Moins d'émotions, plus de raison et de détachement permet de se surpasser. L'émotion, autant la garder pour l'arrivée et après ;)

Le ressenti général :

Dans ma pratique de la course, cette année a vu un grand changement : Le plan d'entraînement. Cette fois, j'ai vraiment travaillé suivant un plan, en appliquant le plus strictement possible les exercices, les fractionnés et sorties longues. J'ai l'impression que tout est plus facile et rapide en procédant ainsi. Je valide pour l'hiver à venir, mais nous en reparlerons à la fin de ce billet. 

Bilan mensuel corporel :

Les résultats :

Le poids passe de 80.0kg fin juillet à 78.1 kg le 30 Octobre.  Joli résultat avec toutefois quelques bémols : Cette progression est sur 3 mois; Elle cache une reprise de gras depuis le retour de vacances. En effet, la graisse corporelle, elle, régresses de 18.8% à ... 16.7% mais encore une fois, avec un rebond en fin de période.

Capture d’écran 2016-11-06 à 11Capture d’écran 2016-11-06 à 11

Les deux graphiques montrent bien l'évolution pendant ces 3 mois : Une belle perte en août et septembre pendant les vacances (zone non renseignée) et une stagnation du poids depuis. Le gras en a profité pour remonter un peu. Les prochaines semaines, il va falloir sévir et reprendre le terrain perdu. 

Niveau sport :

Après avoir fait la méthode Lafay, j'ai privilégié la course et l'elliptique. Les deux course de cette période ont accaparé mon temps de travail sportif. Globalement, je me sens plutôt bien et confiant pour la suite.

Les objectifs du mois prochain :

Novembre et un mois généralement compliqué pour la course. Les jours deviennent courts, le froid et l'humidité ne donnent pas envie de sortir. De plus, je me suis engagé dans un projet de longue haleine : Amener Danièle à l'arrivée de l'Infernal Trail des Vosges 60km en 2017. Du coup, mes objectifs de Novembre seront les derniers solitaires, à partir de décembre, le travail pour madame primera. 

Niveau poids : J'ambitionne une perte de 0,5km, soit une moyenne prévue entre 77,5 et 77,7 environs. Je souhaite également revenir à 15% de graisse corporelle environs, soit mon meilleur score à ce jour.

Niveau sport : Je reprend la musculation pour une meilleure condition physique générale. Je vais travailler un mix poids du corps / haltères. Objectif : Prendre quelques formes niveau muscles (volume donc) et améliorer mon déplacement (puissance, vitesse, proprioception). En fonction de la météo, je vais également utiliser pas mal mes appareils : Elliptique pour travailler la résistance (en remplacement du fractionné en côtes notamment) et tapis de course pour ma foulée en marche comme en course. Je concerverai un ou deux sortie running extérieure par semaine. 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Je reviendrai plusieurs fois dans le mois pour vous présenter les différents entraînements que je teste en vue du programme de préparation de Danièle pour l'Infernal 60 2017. Merci de m'avoir lu et bon dimanche.

RunningChoucroute. 

Posté par RunningChoucrout à 11:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 novembre 2016

Le Marathon en moins de 4h : Ca, c'est fait :)

 

Bonjour à toutes et tous,

Ces dix derniers mois, rien n'a été facile. Ces dix derniers mois, le doute s'est installé et rien ne se passait comme prévu. Finalement, ces dix derniers mois se sont soldés par une victoire. Pourtant, ce fut une courte, une très courte durée qui a séparé la victoire de l'échec. Tout s'est joué dans les derniers moments de ces dix mois affolants. Voici le récit de cette dernière journée qui a finalement concrétisé mes espoirs :

5h45, le réveil sonne. Je descend du lit avec une bonne douleur à la nuque. Fichu torticolis ! Le temps de se changer et d'aller manger, le soleil nous salue de ses mille feux :

14915457_10211210224600241_7382338204462818613_n

Il est tôt du matin mais je suis en forme. Le temps de prendre ce qu'il faut pour la course, nous voilà partis à pied vers la remise des dossards. Nous en profitons pour visiter le salon du Marathon et ses stands. Certains sont d'ailleurs super originaux et nous en reparlerons dans quelques temps. 
Un grand mur répertorie tous les noms des participants. Une bonne idée car c'est toujours un plaisir de se sentir faire partie d'un grand événement :

p1010460_30592801432_o

Puis nous patientons jusqu'au départ. Nous en profitons pour visiter un peu les lieux et faire une halte dans la grande salle d'arrivée. D'ailleurs comme ma montre ne s'est pas mise à jour au niveau de l'heure, nous avons une heure d'avance. Bah, ça donnera le temps au soleil de réchauffer un peu l'atmosphère bien fraîche ce matin là.

p1010463_30673018666_op1010466_30592861322_op1010472_30409456240_op1010465_30077708834_o

 

p1010468_30592873932_o

Mais bon, il est temps de passer aux choses sérieuses. Quelques minutes avant le départ, nous avons rejoint le sas qui nous était réservé : 

p1010476_30409467850_op1010485_30077770584_o

Et le départ est lancé à 10h10 précise. Je me lance doucement et me cale sur l'allure que je m'étais fixée : Entre 10,5 et 11km/h. Les premiers km se passent bien, dans le calme mais surtout avec sérénité. Je me sens bien, ma foulée est bonne et tout se déroule comme prévu.

p1010491_30075455003_o

Puis, je décide de faire le point sur mon temps au tiers de la course, à savoir au km 14. Je passe le 14ème à ma montre avec deux minutes d'avance sur l'horaire. Je souris, tout va bien. Mon allure est bonne et en plus j'ai un peu de rab. Je déchante très vite après ... lorsque je passe le 14ème kilomètre officiel tout juste dans les temps !!! Ma montre indique 14,38 , elle est donc fausse. Je rage, je tempête dans ma tête mais finalement, je me dis que c'est pas si mal. Je suis dans les temps, il faut juste que je me concentre et que je ne panique pas.
Je vais ainsi jusqu'au semi-marathon en 1h59 et des cahuètes toujours en me sentant bien. Je passe bien consciencieusement à chaque ravitaillement. Je prend mon gobelet d'eau, puis bois une ou deux gorgées de ma boisson personnelle ( recette d'Alain Roche du site www.diet-sport-coach.com que je remercie chaleureusement pour ses conseils avisés et recettes. Merci M. Roche et respect de partager votre savoir ainsi. ). Au semi, je prend un gel en plus car je sens que j'en ai besoin.
J'ai beau être charrette en temps, je n'accélère pas. Je sais que mon plus grand ennemi est encore devant moi : Le mur du 30ème kilomètre. Je passe le 28ème toujours charrette mais toujours dans les temps. Tout va bien, je n'accélère toujours pas. Les kilomètres suivants passent les uns après les autres sans encombres et surtout sans modification de mon état de forme. Je ralentis tout au plus un peu mais rien d'insurmontable. Entre le 34 et le 35 ème kilomètre j'entend un cri énorme. Je lève la tête et voir Danièle avec l'appareil photo. Je souris, je lève les bras ... plus moyen d'échouer. Il va falloir aller au bout maintenant !

p1010497_30709886795_o

Ce moment a été le top départ de l'accélération finale. Super heureux d'avoir été supporté par celle que j'aime, je commence à accélérer doucement. 10,9 , 11km/h puis 11,2 et 11,5. Je passe les kilomètres les uns après les autres. Au 38ème, je me fais un coup d'émotions car je sens que je vais aller au bout de mon rêve. Je me calme, me sermonne : La course est loin d'être finie. Pour tenter de reprendre le contrôle, je décide de calculer mes temps de passage au km 40, 41 et 42. Je me mélange les pinceaux et passe finalement au 40 en 3h48 ... je fais un rapide calcul et me mélange encore les pinceaux. Purée ! Je ne vais pas y arriver si je sprinte pas. J'accélère encore. Mon rythme cardiaque augmente, je respire profondément mais je ne suis pas essoufflé. Mazette ! Je ne pensais pas que ce soit possible après un effort aussi long. Je passe le 41ème : c'est encore possible. Je fonce, ma respiration devient de plus en plus rapide, je souffre mais je n'ai pas de douleur. Mais bon sang il est où ce kilomètre 42 ??? Les secondes d'étirent et prennent plus de temps que nécessaire. Le panneau du kilomètre 42 n'apparaît pas. Je sens le désespoir me gagner. NON ! Pas maintenant ! Je ne peux pas échouer sur le dernier kilomètre ! J'accélère autant que possible et je vois le panneau 42, le virage, l'allée qui nous mène dans la salle d'arrivée. Je regarde ma montre. Les secondes défilent trop vite, j'en suis presque aux 4h. Je fonce encore plus vite. J'entre dans la halle, prend ma place sur le tapis rouge, regarde une dernière fois ma montre et comprend que c'est gagné. Je passe la ligne dans un bond de joie et coupe le chrono. C'est fait, je l'ai fait. Je n'arrive plus à respirer. La joie, l'effort ? Je suffoque quelques instants avant de m'exhorter à reprendre mon calme. Je domine mes muscles respiratoires et prend de grandes et profondes inspirations. La tension retombe, je suis heureux. Je l'ai fait.

20x30-FFGE6842

La foule énorme se dirige vers la remise des médailles et le ravitaillement de fin de course. Je retrouve Danièle au salon du Marathon où nous prenons la photo de la victoire :

p1010500_30077837054_o

14606419_10211203402909703_9012256295244068727_n14595798_10211203403509718_3613853998636362168_n

 

Ce fut une belle aventure qui a bien finie. Il y a pourtant une leçon à tirer de tout cela : Quoi qu'on entreprenne, quoi qu'on fasse, quels que soient les écueils sur le chemin, c'est toujours au moment de passer la ligne d'arrivée qu'on fait les comptes. La conclusion de cette saison de course en demi-teinte (Semi-marathon de Friebourg avec Guigui, abandon au Tour de la Vallée de la Thur, abandon à l'Infernal Trail des Vosges) est que tant qu'on ne baisse pas les bras, on peut réaliser ses rêves.

J'ai dédié cette course à Véronique, ma cousine qui se bat contre une sale maladie, à Marie, dite Solexine72 qui a superbement fini son semi-marathon à Lausanne ce même jour et à toutes les équipes bénévoles et dirigeante de l'Infernal Trail des Vosges.
Je remercie tous mes proches, mes soutiens, mes collègues de travail et tous ceux qui ont permis cette victoire. Merci infiniment à tous.

Merci enfin de m'avoir lu, et vous invite pour mes prochaines aventures. Le chemin ne s'arrête pas. 

Didier

Posté par RunningChoucrout à 15:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]

17 août 2016

Billet d'humeur : Le régime alimentaire préféré au monde

Bonjour à tous,

Comme vous le savez, Danièle et moi sommes végétariens. Le végétarisme et le végétalisme évoluant de plus en plus dans la société, ils deviennent de plus en plus visibles. Du coup, ça m'a fait réfléchir aux différents modes d'alimentation. J'en suis venu à faire une liste dans ma tête qui est la suivante :

Végétarisme
Végétalisme
Frugivorisme
Crudivorisme
Crudivéganisme
Omnivorisme
etc...

Du coup, j'ai pu en tirer trois types de comportements alimentaires en rapport avec l'état d'esprit de ceux qui le pratiquent : Les passéistes (Paléo, bio, et autres tenants du régime crétois), les futuristes expérimentaux (frugivores, jeûnistes, etc) et enfin les plus nombreux, ceux qui mangent sans même y penser. C'est de ces derniers que je veux vous parler. Par contre, comment les nommer ? Je pense avoir trouvé le terme approprié :

Les Modernivores !

Comment définir un modernivore ? Nous allons le définir en 12 points essentiels qui sont le fondement même de leur mode de consommation des aliments. Ce régime alimentaire déborde d'ailleurs sur le comportement de consommation de toute chose et sur la vie sociale et intellectuelle du sujet.

1: Le modernivore consomme des produits propres. Eh oui, il ne supporte pas la saleté. Il achète des produits nettoyés dans un emballage tout joli et bien propre.

2: Le modernivore consomme des produits nouveaux : Au coeur même du modernivorisme est la nouveauté. Tout ce qui est nouveau DOIT être essayé sous peine de passer pour un original auprès de ses pairs. "Quoi ? Tu as pas essayé le fromage de tête de poulpe farci aux algues bleues ? T'est hazzzzzbiiiiiiiiiiinnnnne. Tout le monde adore ça !"

3: Le modernivore cherche toujours le produit qui lui fera fournir le moindre effort. Il suit toujours la ligne de plus grande oisiveté. Les fruits, c'est dans une barquette en plastique, déjà coupés, déja nettoyés (voir point 1) et prêt à manger.

4: Le modernivore cherche le meilleur rapport qualité-prix. Il se fie aux emballages et aux slogans pour déterminer la qualité du produit à l'intérieur et cherchera l'endroit où ce produit est vendu le moins cher. Il classera les produits en plusieurs catégories : Discount, marque de distributeur, produit de marque, produit haut de gamme, produits réservés aux bobos bio végé. A part la dernière catégorie, les autres sont souvent identiques à l'emballage prèt.

5: Le modernivore se nourrit de médias : Télé, internet et autres publicités sont les guides de leur consommation alimentaire. Le modernivore ne choisit pas, il cède à une implulsion programmée dans son cerveau par les publicitaires. Toujours la ligne de moins grande réflexion, c'est la base du modernivorisme.

6 : Le modernivore ne consomme qu'en fonction des sensations qu'il ressent ou croit ressentir en consommant le produit. Il ne veut absolument pas voir comment sont produits ses aliments. On lui montre ce qu'il faut qu'il voit pour le conforter dans la justesse de son choix (vaches heureuses dans les champs, jolis champs de blés au soleil couchant, fabrication asseptisée de produits dans les usines), etc.

7: Le septième point coule de source : Le modernivore ne veut pas voir les implications de sa consommation alimentaire. Ne lui montrez pas les usines chimiques qui produisent ses "additifs naturels", pas plus que les abbatoirs ou les élevages de poules en batterie.

8: Le modernivore refusera toute interdépendance entre son alimentation et sa santé. L'alimentation, c'est pour le plaisir. La santé, c'est avec les médicaments. En fait, le modernivore ne fait pas le lien pour ne pas réfléchir, il laisse les laboratoires pharmaceutiques le faire pour lui.

9: Le modernivore tentera toujours de ramener les autres modes d'alimentation dans son giron. Que ce soit avec des arguments de santé piochés au journal de 20h ou sur les publicités des géants de l'agro-alimentaire, par le biais de savoirs ancestraux type "Ma grand-mère a vécu jusqu'à 75ans en bonne santé grâce au produit X de chez Super Y !" ou enfin sans même d'argument valable autre que "c'est pas normal de manger comme ça. C'est ça qui te fait du mal !"

10: Le modernivore cherche toujours le "plaisir interdit". La nourriture transgressive est errigée en reine dans le monde modernivore. Les sodas sucrés, l'alcool, les produits gras et salés-fumés etc. sont consommés pour le "plaisir".

11: Le modernivore n'est pas conscient de sa dépendance au sucre et aux produits Gras-sucrés. Il niera toute addiction mais reconnaîtra que son coca de midi, "il ne peut pas s'en passer".

12: Parfois, le modernivore ouvre les yeux et découvre la réalité. Très rapidement, il cesse d'être modernivore. Il réfléchit son alimentation et devient la cible des critiques des modernivores.

Ne voyez aucune stigmatisation ou diabolisation. Le but est de pointer du doigt nos comportements pour peut-être en tirer une leçon et une vie meilleure. Il s'agit ici d'une caricature. j'ai été un modernivore, mais je me soigne. L'espoir existe, tout le monde peut le faire.

Merci de m'avoir lu.

DidierDozer

 

Posté par RunningChoucrout à 10:48 - Commentaires [10] - Permalien [#]

31 juillet 2016

Bilan de Juillet 2016 : Premier objectif atteint !

Bonjour à toutes et tous,

Que le temps passe vite. Ce mois de juillet est passé comme un éclair. Cette fois, la météo a été de mon coté et nous avons pu profiter à fond de conditions favorables pour  faire du sport.

La fatigue est là mais le résultat aussi et ça, ça fait très plaisir. 

Les résultats :

Le poids passe de 81.5kg à ...80.0 kg !!! La graisse corporelle, elle, régresses de 18.8% à ... 18.8% !!! Bref, le premier objectif est atteint avec un beau résultat. A confirmer le mois prochain.

Capture d’écran 2016-07-31 à 08

Ce mois, j'ai consommé environs 100Kcal de plus par jours, ce qui vient essentiellement du sport. Niveau alimentation, j'enregistre une baisse de 100Kcal par jour mais je n'enregistre plus rien pour les jours joker, donc je pense que la mesure est faussée.

Niveau sport :

En musculation, j'ai repris la méthode Lafay (légèrement adapté) pour le haut du corps. Clairement, ça me fait du bien. Je n'ai presque plus aucune douleur au niveau des épaules et de la nuque. Niveau silhouette, cela se voit aussi avec des bras plus massifs et plus secs. 

En course à pied, je suis toujours mon programme marathon qui devient maintenant assez dur. Les fractionnés sont éprouvants et j'ajoute en plus les jours de footing léger un petit programme gainage/jambes. 

Les objectifs du mois prochain :

Pour le mois d'Août, je ne vais pas être trop exigeant. Je compte au minimum maintenir mon poids actuel et, si possible, perdre un peu. 

En sport : 

Les 14 et 15 Août, nous tentons un tour de la vallée de la Thur en Off (donc sans assistance et sans organisation) avec Danièle. J'espère faire autant de course à pied que ce mois pour progresser encore et préparer l'Infernal Trail des Vosges qui approche à grands pas.

Voilà, ce sera tout pour ce mois. En souhaitant de bonne vacances à ceux qui y sont, et bon courage aux autres.

Merci de m'avoir lu,

DidierDozer

Posté par RunningChoucrout à 08:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]


30 juin 2016

Bilan de juin 2016 : Tout en nuances !

Bonjour à toutes et tous,

Revoici le bilan mensuel. Eh oui, encore un mois de passé. Clairement, ce mois est le plus dur que j'ai passé niveau moral depuis pas mal de temps. Entre les affaires au boulot plutôt compliquées, un contexte social un peu agité et un revers sur un de mes défis, cela n'a pas été un long fleuve tranquille. J'oubliais : UNE METEO DE MERDE !!! Vala, c'est fait. Le bureau des pleurs est fermé, on repart pour un nouveau mois dès demain, plein d'ardeur et d'optimisme.

Les résultats :

En poids, je passe d'une moyenne de 81.55kg à 81.49kg. Aie, là ça fait mal. Et sur la valeur instantanée, pareil. J'augmente même de 300g mais c'est dans la marge d'erreur. Pourtant, tout le monde me dit que j'ai perdu encore. Est-ce possible ? Voyons plus loin avec la graisse corporelle.

Capture d’écran 2016-06-30 à 09

La graisse corporelle passe d'une moyenne de 19,85% à 18,76% soit une baisse de plus d'un pourcent. Ca c'est une bonne nouvelle ! Lorsque je fais le calcul en masse grasse, je suis passé de 16,19kg de graisse à 13,09kg 15,27kg soit plus de 3kg 920g de graisse perdue. Par contre, je relativise le chiffre car cela me semble énorme en un mois. Surtout que je suis sensé avoir compensé en masse maigre (donc en muscles), et ça c'est impossible.  Suite à une erreur de calcul, le chiffre de graisse perdue est redevenu crédible. Comme mes activités sportives ont augmentées, je pense que mes réserves de glycogène sont plus importantes et surtout que je fais un peu plus de rétention d'eau. 

Capture d’écran 2016-06-30 à 09

Pour les calories ingérées, j'en suis à une moyenne de 2400Kcal ingérées par jour comme le mois dernier. Par contre, ma dépense énergétique a explosé à 3300Kcal/jour de moyenne. 

Niveau sport :

3 Séances de cardio-muscu puis de méthode Lafay pour faire un essai.

45km de course à pied, soit nettement moins que prévu mais il y avait le Tour de la Vallée de la Thur, donc deux semaines de pauses totales ou presque.

86km de randonnée dont une sortie de 70km en 22h. 

Au final, je ne suis pas déçu de ce mois même si j'aurais préféré aller au bout du défit de la Thur. 

Les objectifs du mois prochain :

Juillet, mois de vacances pour beaucoup, sera pour moi un mois fatiguant. Travail 6 jours sur 7 pour remplacer les collègues en congés, je sens que ça va être long. 

Pour ce qui est du poids, l'objectif de 80kg sur la moyenne est encore renouvelé. Pfff, ça va être encore chaud mais cette fois, je n'en fais plus une fixation. Tant que le poids baisse et que la graisse corporelle en fait de même, ça me va.

En sport : Pas d'objectif chiffré ce mois-ci. J'ai juste l'ambition de suivre mon programme Marathon et de faire quelques séances de musculation pour accompagner. J'espère que ça le fera.

Pour les apports nutritionnels, je vais essayer de faire le plus propre possible sans pour autant trop baisser mes calories. Le mois dernier, j'ai fait pas mal d'excès liés je pense à une augmentation de mes besoins (plus de sport) et une tentative mal venue de baisser mes calories. Je vais faire au feeling en essayant de limiter les excès, tout simplement.

Voilà, c'est tout pour ce mois. J'espère que le prochain sera un peu plus agréable à vivre avec une meilleure météo et surtout, un moral retrouvé.

A bientôt pour la suite,

Merci de m'avoir lu,

DidierDozer

 

Posté par RunningChoucrout à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2016

Tour de la Vallée de la Thur 2016 : Une épreuve pas comme les autres.

Bonjour à tous, 

Voilà c'est fini pour ce tour de la vallée de la Thur 2016. Le Club Vosgien de Saint Amarin nous avait vendu une épreuve personnelle exceptionnelle. C'en fut une. Ils nous avaient vendu un parcours éprouvant. Il le fut. Ils nous avaient vendu un moment convivial, il le fut. Ils nous avaient vendu un marche clé en main, un peu comme un trail en marchant sans chrono. Et ce ne fut pas le cas ! Récit de nos aventures au pays de la Thur*, ouvrons cette porte et voyons ce qu'il y a derrière.

Le départ :

Comme en trail, nous voici au dépar avec armes (bâtons) et bagages. Clairement, on est un peu plus lourd qu'en trail (cela aura une importance plus tard). Sac plus lourd, la poche à eau est chargée au maximum car les ravitaillements et points d'eau sont peu fréquents. On nous avait prévenu que le parcours serait uniquement balisé des panneaux du club vosgien, j'ai prévu la carte IGN et la boussole.

ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 byDidier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr

Le miam pour 24 heures d'épreuve était nécessaire aussi car, étant végétariens, rien n'est prévu pour nous aux points repas. Comme nous n'aimons pas faire nos chieurs, nous avons préféré faire l'impasse. Danièle nous a fait de délicieuses tartines de rillettes végétales ainsi que de succulents rouleaux de printemps garnis de petits poids, lantilles, salade, carottes et autres. 

ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr

Arrivés au CAP, salle des fêtes de Saint-Amarin, nous avons perçu notre carte et nos instructions. Les bénévoles ont été super sympas et la journée commençais bien. Ceci dit, je n'ai pu trouver notre ami UFO DidierP ...dommage, ça m'aurait fait plaisir de faire un brin de causette avec lui.

ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr

10h45, il est temps de partir. Le sac est lourd car il est bien plein. Au dernier moment, j'ai ajouté une petit laine. Grand bien m'en a fait, nous le verrons plus tard. 

ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr

La première grosse montée ne se fait pas attendre et nous mettrons nos jambes à l'épreuve. 

ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr

Deux heures de grimpette plus tard, nous profitons d'une vue imprenable. La contrepartie est un vent glacial et une pluie intermittente qui gèle les os comme jamais. Sincèrement, cette météo a été le plus gros point noir de cette sortie.

ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 byDidier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr

Après 8h de marche, j'étais très nettement entamé. Mes épaules me faisaient souffrir, le sac me détruisant les épaules. Maux de têtes à répétition et douleur persistante à l'aine coté droit ont été mes compagnons non désirés à partir de ce moment. Nous mettons nos habits chauds pour la nuit qui s'annonce glaciale et humide. Merci à nos ponchos qui non seulement nous ont protégé de la pluie mais aussi du vent et du froid en créant une poche d'air chaud entre nous et les éléments.

Petit à petit, je m'épuise durant la nuit. Mes douleurs augmentent et je perd l'appétit. Etrange, d'habitude, je mange et bois un peu plus au fur et à mesure de l'avancée d'une course. En fait, je m'épuise doucement. A 2h du matin, au second ravito, nous mangeons tranquillement lorsque je sens une remontée acide. Je vais régurgiter ! Finalement non mais c'est limite. Quelques minutes plus tard, un verre d'eau me fait le même effet et je suis transi de froid. Nous décidons d'attendre quelques minutes pour voir si ça passe. Eh non, il semble même que ça empire. 16h d'efforts et de météo exécrable ont eu raison de moi. Du moins le pensais-je. Je vais vers un membre de l'équipe du Club Vosgien pour abandonner et retourner au point de départ. Réponse de l'intéressé d'un air hautain : "On a pas prévu de navette ici, faut vous débrouiller jusque Thann (à 24KM !!!!!!!!!!!)" QUOI ? C'est impossible. Au point où j'en suis, je n'y arriverai jamais. Il est 2h30 du matin, il fait nuit, froids et pluvieux. Je ne garde plus les aliments et encore moins les liquides.
Heureusement que Danièle, en bonne pharmacienne a des solutions de secours. Je vais donc faire 23km de plus sans m'alimenter et presque sans boire. C'est inconscient vu mon état mais en fait, il n'y avait aucune autre solution, l'organisation n'avais tout simplement pas prévu de rapatrier les participants en détresse à ce point précis (pourtant parfaitement desservi en bord de route)!
Nous sommes donc repartis dans la nuit, seuls et en détresse. La rage seule m'a permis d'avancer et de mettre un pas devant l'autre. Heureusement que le corps humain a plus de ressources qu'on ne le pense. Les médicaments m'ont bien aidé et finalement, les éléments nous ont un peu aidé. Le ciel s'est éclairé de l'aube brumeuse de ce pluvieux mois de juin et quelques rayons de soleil ont éclairé nos humbles carcasses éprouvées par les éléments.

ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr
ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 by Didier Wach, sur Flickr

Finalement, c'est vers 7h du matin, au point de rassemblement du petit déjeuner qu'un bénévole autrement plus aimable que celui du ravitaillement a écouté mon histoire avec effarement. Sa gentillesse et son écoute m'ont réconcilié avec l'organisation. Merci Antoine. Nous avons donc pris la navette et quelques ablutions plus tard, nous testions notre "auto-camping" pour dormir quelques heures avant de rentrer.

ImageTour de la Vallée de la Thur 2016 byDidier Wach, sur Flickr

Voilà ici se referme le récit de nos aventures du week-end avec une leçon : Ne sous-estimons pas la marche par rapport à la course. Elle est bien plus éprouvantes que nous ne l'imaginons. 70km de marche m'ont mis à terre à un point que je n'imaginais pas. Nous y retournerons peut-être, mais pour de plus courtes distances.

Prochaine étape : L'infernal 110km où j'espère être mieux préparé. 

Merci de m'avoir lu.
DidierDozer

* Phonétiquement, Thur veut dire porte en alsacien. 

Posté par RunningChoucrout à 22:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 juin 2016

Bilan de mai 2016 : Ce petit bonhomme de chemin ;)

Bonjour à tous,

Encore un mois de passé. Autant il a paru long, autant j'ai juste envie d'écrire "déjà". Contrairement au mois dernier, il y a eu des évolutions et des progrès notables. Creusons ensemble l'histoire de ce mois :

Les résultats :

En poids, je passe d'une moyenne de 83.02kg à 81.55kg. Ouah, une perte de 1,47Kg sur la moyenne, c'est plutôt pas mal. Bon, l'objecif de 80kg sur la moyenne fin mai c'était peut-être un peu compliqué à atteindre. Tant pis, qui n'essaye pas n'arrive à rien.

La graisse corporelle recule aussi de 20.66% à 19.85%, soit 0.81% de gras en moins. Si je fais un calcul alambiqué et très probablement inexact mais bon, pour le fun ça peut le faire : 83.02 x 20.66% = 17.15kg ; 81.55 x 19.85% = 16.19kg ; Donc j'ai perdu 17.15 - 16.19 = 0.96Kg de graisse soit 7200Kcal de déficit environs (ou 232Kcal/jour).

Pour les calories ingérées, j'en suis à une moyenne de 2400Kcal ingérées par jour (100g de protéines, 100g de lipides et le reste en glucides soit 250 à 300g/jour). Donc ma dépense journalière effective a été d'environs 2650Kcal/jour.

Niveau sport :

7 Séances de cardio-muscu avec des progrès importants et reprise des exercices de Girevoy.

103km de course à pied, ce qui est dans l'objectif.

 

Les courbes : 

Capture d’écran 2016-06-01 à 06Capture d’écran 2016-06-01 à 06

 

On notera de fortes variations aussi bien dans le poids que dans la graisse corporelle. Ce mois n'a pas été facile avec de multiples occasions de se lâcher mais finalement, ce ne fut pas trop pénaliant. 

Les objectifs du mois prochain :

Ce mois de juin va être très important pour la suite de ma saison car nous avons notre premier objectif principal : Le tour complet de la vallée de la Thur : http://tourdelavalleedelathur.com/

Pour ce qui est du poids, l'objectif (réaliste cette fois) de 80kg sur la moyenne est renouvelé.

En sport : 100km de course à pied et 8 séances de musculation au minimum sont requis.

Nouvelle catégorie : Les apports nutritionnels. Je vais essayer de me limiter à 2200Kcal par jour avec en moyenne 75 à 100g de protéines et 80g de lipides max. De plus, je vais limiter les lipides le soir. 

A bientôt pour la suite,

Merci de m'avoir lu,

DidierDozer

Posté par RunningChoucrout à 07:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2016

Débuter, progresser en condition physique ou simplement prendre soin de sa santé. Tout un programme...la recette Metarunteam.

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, mon propos est de proposer une solution à toutes les personnes qui souhaitent retrouver la forme et la santé sans pour autant devenir esclave du sport. La formule que je vais vous proposer ici est celle que j'utilise depuis maintenant 6 mois pour résoudre mes soucis de douleurs cervicales et renforcer toute ma musculature. Accessoirement, cette formule m'a permis de favoriser ma perte de poids. Si cela vous tente, voici la recette :

1) Ingrédients :

- 1 Un appareil de cardio (Elliptique, Vélo d'appartement, Rameur, voir une simple corde à sauter)
- 2 Haltères avec quelques poids (Il existe des kits pour moins de 50€ chez les grandes enseignes du sport).
- 1 Tapis de yoga (assez épais)
- 1 manche à balais
- 1 Tabouret
- (Optionnel) 1 barre de traction
- (Optionnel) 1 ou 2 Kettlebells.

2) Recette :

a) Echauffement : Avec votre appareil de cardio, exercer pendant 10 minutes à intensité croissante.
     Exemple à l'Elliptique : 2 minutes à intensité 8
                                       2 minutes à intensité 9
                                       2 minutes à intensité 10
                                       2 minutes à intensité 11
                                       2 minutes à intensité 12

b) Circuit : Le but est de faire travailler tout le corps mais en alternant bas-milieu et haut du corps. Les exercices sont entrecoupés de périodes d'exercice cardio. On fait 2 ou 3 circuits.

     Exemple : 

Circuit à faire 2 fois avec 8 à 10 répétitions par exercice
1 Exo pectoraux (exemple Pull-Over avec 1 haltère)
60 secondes d'Elliptique à niveau 8
1 Exo jambes (Exemple Overhead Squat avec un manche à balais)
 60 secondes d'Elliptique à niveau 8
1 Exo Triceps (Exemple développé militaire avec 2 haltères)
60 secondes d'Elliptique à niveau 8
1 Exo abdos (Exemple crunch sur le tapis)
60 secondes d'Elliptique à niveau 8
1 Exo dos (Exemple, rowing incliné avec 2 haltères)
60 secondes d'Elliptique à niveau 8
1 Exo epaules (Exemple : Elevations latérales à vide)
60 secondes d'Elliptique à niveau 8


c) Retour au calme : 5 minutes d'exercice cardio en intensité décroissante.
     Exemple à l'Elliptique : 1 minute à intensité 12
                                       1 minute à intensité 10
                                       1 minute à intensité 8
                                       1 minute à intensité 6
                                       1 minute à intensité 6 mais en ralentissant le pédalage

3) Logique de progression :

Typiquement, on va augmenter d'une rep par semaine jusqu'à ce que ce soit trop long. En règle générale c'est vers les 25-30reps. Une fois arrivé là sur l'éxercice, monter un peu le poids des haltères et on repart comme au départ. Lorsqu'on aura utilisé toutes les rondelles fournies avec le kit, on repart sur le même cycle mais en faisant le circuit trois fois et en réduisant le temps cardio à 30 secondes. Le programme doit se faire entre 2 et 4 fois par semaine en fonction de son emploi du temps.

Les exercices peuvent être changés en fonction des goûts ou des objectifs. Vous trouverez tous les exercices que vous souhaitez ici : 

#1 Exercises Guide! Over 300+ Free Exercise Videos And Guides!

Learn to perform every exercise! The Exercise Guide has exercise videos, photos, details, community tips and reviews to help you reach your fitness goals

http://www.bodybuilding.com


Conclusion :

Rien ne sert de suivre un plan préprogrammé. L'essentiel est d'adapter votre entraînement à votre potentiel, à vos envies et à vos objectifs. Ne vous blessez pas et tirez en longueur votre progression pour ne pas vous lasser. Attention de ne pas vous laisser entraîner par l'entousiame car vous risquez de vous faire mal. C'est pour cela que je vous conseille les charges légères et de nombreuses répétitions. A part si vous voulez de gros muscles, en fitness et pour une bonne santé, cela suffit largement. En cas de besoin, je suis à votre disposition pour vous guider dans la conception de votre propre plan.

Merci de m'avoir lu.

DidierDozer

 

Posté par RunningChoucrout à 11:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2016

Bilan d'avril et prévisions de mai : Plus le temps de faire la cloche(tte)

Bonjour à tous,

Nous voici à nouveau réunis pour le bilan mensuel. Autant le dire d'entrée de jeu : C'est pas terrible. 

Les résultats :

En poids, je passe d'une moyenne de 83.16kg à 83.02 .... hébin ça casse pas des briques. Par contre, en instantané, je suis à 82kg ce matin. J'ai pas mal fait le yoyo ce mois-ci et ma moyenne en calories ingérées est de 2500-2600Kcal ... ceci expliquant cela. J'ai déjà pris les mesures et les résultats s'en ressentent déjà. 

Pour la graisse corporelle, pas d'évolution non plus, ce qui est logique.

Capture d’écran 2016-05-01 à 07              Capture d’écran 2016-05-01 à 07

En sport, une météo pourrie m'a dissuadé de courir autant que je l'aurais voulu mais je me suis bien ratrappé avec la muscu-cardio. J'ai bien progressé aussi bien en poids qu'en nombre de reps donc tout suit son petit chemin.

Objectifs pour fin mai :

80kg sur la moyenne et

100km de course à pied

Il est temp pour moi d'aller préparer mon sac. Malgré une météo exécrable, nous allons faire une petite sortie de 16km avec notre amie Yen.

Bonne journée et merci de m'avoir lu.

DidierDozer

Posté par RunningChoucrout à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]